Actualité

2-5-weber-championne

Par Denis Bourbonnais

La classe 2,5 litres a amené son lot de surprises aux 78e Régates de Valleyfield et une reine a été couronnée, dimanche, alors que l’Américaine Alexis Weber a dominé la finale aux commandes du S-55 My Way.

La jeune femme de Dawsonville (Georgie) a fait contraste avec un début de saison mitigé pour connaître son jour de gloire dans la capitale du motonautisme. Incapable de remporter une épreuve en 2016 avant de se pointer à Valleyfield, la pilote âgée de 25 ans a gagné 3 fois en 4 sorties sur la baie Saint-François. Elle menait au cumulatif des points de la fin de semaine avant la course décisive et la logique a été respectée en finale.

Weber a profité de sa position dans le corridor intérieur et elle a littéralement déclenché le cadran pendant que Philippe Billette (S-7) et Sébastien Leduc (S-100) devançaient le départ. Alexis n’a jamais regardé derrière elle par la suite pour se voir présenter le drapeau quadrillé.

Eric McKenna a impressionné la galerie à ses premières Régates de Valleyfield et le Campivallensien a pris la 2e marche du podium à bord du S-999 Vegas EMK. Claude Abbott, qui avait été contraint à l’abandon dans la 3e qualification, a dû s’élancer du 7e couloir et il a tout de même remonté jusqu’à la 3e position.

Tommy Shannon (S-4) a terminé 4e et Kevin Smith (S-26) s’est classé 5e pendant que Samuel Tremblay, qui a été le 2e à croiser le fil d’arrivée au volant du S-5 Hommage à Daniel Brossoit, a été pénalisé d’un tour pour ne pas avoir pris le départ dans son corridor attitré.

Les moments suivant la finale ont été remplis d’émotion sur le quai des champions. Alexis Weber a exulté de joie devant la foule après sa première conquête à Valleyfield en 11 ans de carrière. «Je réalise mon rêve de gagner ici. Je vis une sensation sans pareil», a exprimé la championne.

Alexis s’est enlacée longuement dans les bras de son père et chef d’équipe, Mike Weber, qui n’a pu retenir ses larmes. «Tout le crédit revient à mon père. C’est mon mentor et je n’aurais pu réussir cet exploit sans lui. Nous avons fait les ajustements nécessaires après un début de saison plus difficile», a-t-elle commenté.

«Nous avons vécu une journée incroyable. Je suis un père très fier aujourd’hui», a commenté le paternel qui, dans son fructueux parcours en tant que pilote, n’a pas eu la chance de gagner à Valleyfield. Son frère, Mark Weber, a célébré trois victoires en 4 ans dans le My Way de classe 5 litres en 1991, 1993 et 1994.

Lire la nouvelle dans le Journal Saint-François : http://www.journalsaint-francois.ca/sports/2016/7/18/alexis-weber-connait-son-jour-de-gloire.html

Partager

Retour à l'actualité