Actualité

regates-80e

Avec le sablier du compte à rebours qui continue de se vider lentement en prévision des 80es Régates de Valleyfield, les histoires vont se succéder à l’approche de l’événement qui se tiendra les 13, 14 et 15 juillet prochain.

Celle de Paul Reid et sa famille, qui sont au rendez-vous depuis la première heure en 1938, mérite une attention spéciale. Sur la page Facebook du vétéran coureur domicilié à Amherst dans l’état de New York, on apprend qu’il tiendra une activité de financement le mercredi précédent les Régates, au Willy’s Pub, sur le boulevard Mgr Langlois.

Or, le pilote du «Mad Dog» 801 de la classe Can-Am mentionne dans son invitation aux «régateux» que son père Dudley, qui aurait fêté son 100e anniversaire cette année, et sa mère Andrea ont tous deux participé aux premières Régates de Valleyfield en tant que compétiteur et scoreuse respectivement.

Paul Reid, qui a fait sa première présence dans la capitale des régates en 1949, a conduit au fil des années des embarcations dans les classes 280 pouces cubes (5 litres), 6 litres, Pro Stock et Can-Am. Le coureur âgé de 72 ans a effectué un retour sur les eaux de la baie Saint-François l’an dernier alors que les bateaux à fond plat ont été réintégrés à l’horaire des Régates de Valleyfield après une absence de trois ans.

Le mois prochain, Paul Reid sera au nombre de la vingtaine d’inscrits à la 80e édition de l’événement campivallensien. Dans les années ’80, son frère, Peter Reid a construit et piloté une embarcation de la classe 5 litres, surnommée «Another Toy».

Quant au «fundraiser» que Paul Reid organise au «Willy’s Pub», il en coûtera 25 $ pour déguster hamburger, frites et ailes de poulet à compter de 17 h, le 11 juillet. Tirages de prix de présence et moitié-moitié sont également prévus.

Le pilote Steve Armstrong sera sur place avec sa guitare et il chantera sa composition «Valleyfield» ainsi que d’autres tounes des régates. De plus, un hommage sera rendu au légendaire Howie Benns, qui est décédé plus tôt cette année, en présence de son grand ami Charlie Miller et de J-P Lecours.

 

Crédits : Denis Bourbonnais – Journal Saint-François

 

 

 

 

Partager

Retour à l'actualité